Verdun, le cinéma et l’Histoire : les enjeux de la transmission de l’histoire par le cinéma

Étudiantes du master 2, métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, nous avons assisté, le 8 octobre 20181, à la journée annuelle dédiée aux Visual Studies2, organisée par le pôle image/son, pratiques du numérique en SHS de la MMSH3, l’UMR TELEMMe4 et l’Ina Méditerranée5. Au cours de cette journée, des chercheurs et des professionnels de l’Ina sont intervenus afin de s’interroger sur la collecte, l’organisation et les modalités d’accès aux fonds constitués en situation de guerre. Nous nous sommes intéressées à la question des enjeux de la transmission de l’histoire par le cinéma évoquée par Clément Puget6 lors de son intervention.

Dans le contexte du centenaire de la Grande Guerre, une multitude d’images, de documents d’archives, de témoignages oraux ont été diffusés auprès du public7. Le film y a une place centrale en tant que support historique. En s’appuyant sur sa thèse8 publiée sous le titre Verdun, le cinéma, l’événement, Clément Puget est revenu sur les usages cinématographiques de l’histoire, à travers la bataille de Verdun qui, depuis 1916, a une place primordiale dans la mémoire collective. Il s’est appuyé sur les fonds de la Section Cinématographique de l’Armée9 ainsi que sur ceux de la télévision française10.

Depuis 1916, la bataille de Verdun a fait l’objet de nombreux films, documentaires s’appuyant sur des images de fiction mais aussi sur des images d’archives. Le lieu même de Verdun interpelle et appelle les émotions. Cette bataille, qui a été la plus longue de la Grande Guerre sans être la plus meurtrière, occupe une place essentielle d’un point chronologique et de l’histoire. Elle est la bataille la plus mobilisée dans les films depuis la Grande Guerre ce qui explique sa place majeure dans les propos de Clément Puget. A travers trois téléfilms, il s’interroge sur les archives de cette bataille et, plus largement de la Grande Guerre, en analysant l’écriture filmique et audiovisuelle de ces téléfilms. Il met ainsi en évidence les problématiques de la rencontre entre plusieurs histoires de cette bataille : celle officielle, celle qui relève de la mémoire ou encore celle mise en avant dans les films historiques, mélangeant images de fictions et images d’archives.

D’un point de vue chronologique, Clément Puget distingue quatre périodes dans la diffusion des images de guerre. De 1914 à 1919, sous l’influence du Service Cinématographique de l’Armée, sont principalement diffusées des images de propagande avec une dimension patriotique et héroïque. S’ensuit, jusqu’en 1950, un mouvement pacifiste qui n’abandonne pas pour autant la thématique patriotique. La troisième période prend place après la Seconde Guerre mondiale et voit l’apparition d’un cinéma de contestation, voire de transgression avec un changement de point de vue. Ce ne sont plus seulement les actes de telle ou telle armée qui sont dénoncés mais la cruauté même de l’armée envers ses propres soldats (cf. : Les sentiers de la gloire (Kubrick, 1957)11. Enfin, depuis les années 1990, le cinéma se caractérise par un phénomène de patrimonialisation et de mise en mémoire, avec une volonté d’abandonner les tableaux généralistes du conflit pour aborder des contre-champs, comme les blessures physiques et émotionnelles, les histoires des déserteurs, le rôle des femmes pendant la guerre, etc. 

Clément Puget a analysé trois documents filmés réalisés par l’armée mais également des films de fiction qui prennent le relais des films d’actualité. Il a ainsi montré la relation que la société entretient avec la Grande Guerre et, notamment, la bataille de Verdun, à travers des images qui servent ou qui entrent en conflit avec le discours d’historien. Pour lire ces images, il est important d’avoir à l’esprit la volonté politique et l’incapacité technique de l’époque. En effet, beaucoup d’images dites du front sont, en réalité, mises en scène à l’arrière pour être filmées. Il y a, ainsi, un important travail d’éditorialisation derrière. Par ailleurs, une réappropriation des images filmées lors de la Grande Guerre a lieu. Des couleurs et du son sont ainsi rajoutés sur des images qui étaient muettes et en noir et blanc.

Le premier documentaire est un téléfilm documentaire intitulé Verdun, diffusé le 21 février 1966 et réalisé par Daniel Costelle12. Clément Puget s’appuie ici sur le témoignage d’un ancien combattant devant la Mairie de Souilly, quartier général de Philippe Pétain lors de la bataille de Verdun. Ici, c’est le lieu même qui donne le contexte et le décor pour le récit de l’ancien combattant.

 

 

Le second documentaire est un long métrage de Serge de Sampigny, Verdun ils ne passeront pas, diffusé sur Arte, le 9 février 2016 puis rediffusé13. Dans son analyse, Clément Puget a mis l’accent sur l’utilisation de l’image d’archives comme porteur d’un symbole. En effet, on retrouve dans ce documentaire des images qui ne sont pas celles représentant la Grande Guerre. Le réalisateur a inclu dans son documentaire des images d’archives représentant François Mitterrand et Helmut Kohl, main dans la main, lors de la commémoration de septembre 1984 ainsi qu’une représentation de l’ossuaire de Douaumont. Ces images d’archives, pour Clément Puget, n’ont pas été choisies parce qu’elles représentent la commémoration de la bataille de Verdun mais parce qu’elles renvoient à des personnalités qui parlent aux français : François Mitterrand qui est né en 1916, et Charles de Gaulle qui a été fait prisonnier durant la bataille de Verdun. Clément Puget met ainsi l’accent sur l’interprétation des images d’archives. Là où certains y verront la représentation de la bataille de Verdun, d’autres y verront la référence à François Mitterrand et Charles de Gaulle, eux-mêmes ayant un lien avec Verdun, le lieu, la bataille, l’événement, etc.

Le dernier téléfilm documentaire est un long métrage intitulé Apocalypse Verdun et réalisé et produit par Danielle Costelle et Isabelle Ckarke14. Ce documentaire montre des plans du général Pétain à la Mairie de Souilly. Pour Clément Puget, ce film pose la question de la place de l’archive, dans le sens où les plans, qui montrent la Mairie de Souilly et Philippe Pétain, ont été tournés après la guerre. Ces images peuvent-elles devenir des archives alors qu’elles ont été mises en scène ?  Alors qu’il n’est pas indiqué qu’il s’agit de plans fictifs (sauf dans le générique, en police minuscule), on retrouve ces images dans des films documentaires et scientifiques. Qu’elles soient fictives ou non, Clément Puget insiste sur l’importance de ces images, qui font appel à des éléments, des souvenirs, en créant des liens et des rappels historiques dans la composition et le travail même effectués pour les obtenir.

Ces trois exemples explicitent ainsi une forme de « Fabrique de l’Histoire », dans le sens où il est toujours très difficile de prendre la distance nécessaire pour distinguer la fiction (les images d’archives fictives y compris), les vraies archives et le travail d’édition. C’est ici que le contexte de production des archives est à prendre en compte : par exemple, durant la Grande Guerre, seules des images positives étaient diffusées dans le but d’encourager l’effort collectif et de le continuer, toute image de champs de batailles était bannie. Le travail de l’archiviste est essentiel afin de remettre en contexte et de rappeler de quelle manière et pourquoi ces images ont été produites. Le travail de mémoire est également primordial pour mettre en avant ce qui n’a pas été dit et montré durant la guerre. Ainsi, cent ans après Verdun, la bataille est toujours présente dans l’imaginaire collectif et cinématographique, mélangeant histoire, témoignages et récits factuels.

Ainsi, quelle que soit l’image diffusée, la démarche de l’historien est à prendre en compte. Les archives de la Grande Guerre montrent donc une image spécifique de la guerre, en raison de la propagande. Cependant, elles sont aussi le témoignage d’une tendance et d’un contexte de l’époque à vouloir représenter l’événement. C’est en cela que qu’il est possible de dire que les films, montrant la Grande Guerre, sont des outils de transmission de l’Histoire.

« Les films nous amènent […] à repenser l’historicité de l’histoire elle-même, à travers une réflexion qu’ils imposent sur les modalités du récit, aussi bien à propos de la question du temps qu’à propos de la relation entre réalité et représentation, vérité et fiction ».
Michèle Lagny15

Coline GEOFFROY & Olivia HUGUES

 

Crédits photographiques :

Soldats français à l’assaut sortent de leur tranchée pendant la bataille de Verdun, 1916.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bataille_de_Verdun_1916.jpg?uselang=fr
Collection DocAnciens/docpix.fr [Public domain], via Wikimedia Commons

Mairie de Souilly :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mairie_de_Souilly_-_French_Army_Headquarters_during_battle_of_Verdun_in_1916_-_panoramio.jpg.
Licence Creative Commons Attribution

Plaque de commémoration de la visite de Mitterrand et de Khôl à l’ossuaire de Douaumont lors de la commémoration de Verdun en Septembre 1984 :
https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:Gedenkplatte_Mitterrand-Kohl_Douaumont.jpg .
Licence Creative Commons Attribution-ShareAlike version Germany

Notes:

  1. Programme en ligne sur le billet de blog du master: https://masterabd.hypotheses.org/1024 []
  2. Sur le site du  CNRS le terme est ainsi défini : « L’expression Visual Studies correspond à un courant de recherche apparu au début des années 1990 dans les pays Anglo-saxons. Ce courant englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels, qu’il s’agisse pour ceux-ci de leurs diverses manifestations, de leurs codes fondamentaux, de leurs frontières ou encore de leurs modes de circulation et de fonctionnement. Ce vaste champ d’études concerne par conséquent aussi bien les nombreux dispositifs à l’œuvre dans les dimensions visibles des cultures humaines que les mécanismes neurocognitifs de la perception ou l’ensemble foisonnant des anciennes et des « nouvelles » images. ». http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm []
  3. https://imageson.hypotheses.org/ []
  4. https://telemme.mmsh.univ-aix.fr/default.aspx []
  5. https://institut.ina.fr/institut/en-regions/ina-mediterranee []
  6. Puget Clément, historien et Maître de conférences en Cinéma et audiovisuel à l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste des rapports entre Histoire et cinéma. Sa thèse s’intitule L’é(s)preuve(s) de Verdun : l’écriture de l’histoire dans le cinéma français depuis 1916. Il est l’auteur de Verdun, le cinéma, l’événement, nouveau monde édition, Paris, 2016. []
  7. Intervention de Marilyn Crivello lors de la journée Visual Studies Regarder/ Archiver la guerre, du 8 octobre 2018. []
  8. Clément Puget, “L’é(s)preuve(s) de Verdun : l’écriture de l’histoire dans le cinéma français depuis 1916″, thèse de doctorat en art, sous la direction de Jean-Pierre Bertin-Maghit, Bordeaux 3, 643 p., 2006. []
  9. http://www.ecpad.fr/ []
  10. http://www.inatheque.fr/fonds-audiovisuels/fonds-tele.html []
  11. Kubrick, Stanley (réalisateur). Les sentiers de la gloire [1:1.37, noir et blanc]. United Artist, 1957, 88 minutes. http:// https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sentiers_de_la_gloire. 
    A sa sortie en 1957, le film a été perçu comme un film antimilitariste qui critique le comportement de l’armée française. De nombreux pays d’Europe refusent la diffusion du film. Ce n’est qu’en 1975 qu’il paraîtra en France. []
  12. Costelle, Daniel (réalisateur), Les grandes batailles du passé : Verdun [DVD]. 1966, 78 minutes. []
  13. Sampigny, Serge de (réalisateur). Verdun, ils ne passeront pas [DVD]. ZED, 2016, 84 minutes. https://www.filmsdocumentaires.com/films/5288-verdun-ils-ne-passeront-pas []
  14. Ckarke, Isabelle et Costelle, Daniel (réalisateurs). Apocalypse : Verdun [DVD et Blue-Ray]. France Télévisions Distribution, 2016, 90 minutes. https://fr.wikipedia.org/wiki/Apocalypse,_Verdun []
  15. Cette citation de Michèle Lagny a été reprise par Clément Puget lors d’une conférence le 15 novembre 2018. Cette conférence est disponible sur la page tweeter de Clément Puget: https://twitter.com/clement_puget []

Une réflexion sur « Verdun, le cinéma et l’Histoire : les enjeux de la transmission de l’histoire par le cinéma »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.