HAL AMU, une valorisation des travaux en open access des chercheur.e.s d’AMU

HAL (Hyper Article en Ligne) est une plateforme de dépôt et de diffusion d’écrits scientifiques, notamment d’articles de revues, de chapitres d’ouvrages et de thèses, dans leurs intégralités. Des portails d’archives ouvertes ont été mis en place pour des institutions, parmi elles Aix-Marseille université avec le portail HAL AMU. Créé en décembre 2014, il compte aujourd’hui plus de 26 0001 documents en texte intégral.

La plateforme a été présentée aux étudiantes et étudiants du Master Métiers des Archives et des Bibliothèques par Isabelle Gras, conservatrice de bibliothèque au sein de l’Equipe Open Access du SCD AMU, dans le cadre du cours Médiation culturelle et numérique le 5 novembre 2018.

Qu’est-ce que HAL AMU ?

Dès 2014, l’université d’Aix Marseille s’est engagée pour le développement de l’open access. En 2015, elle signe la déclaration de Berlin puis l’Appel de Jussieu en 2017. L’objectif de la science ouverte est de garantir l’accès à la recherche scientifique (open access) et aux données (open data) afin de faciliter leur diffusion par le recours à Internet, sans restriction juridique financière ou techniques. La science ouverte vise à enrichir la production scientifique par l’analyse critique, la discussion et la mise à disposition gratuite des données et résultats de la recherche.

Conformément aux conclusions du groupe de travail sur le référencement des articles scientifiques produits par AMU, l’université a souhaité se doter d’une archive ouverte, HAL AMU. HAL est un projet soutenu par le CNRS qui permet aux chercheur.e.s de déposer leurs productions scientifiques (y compris celles non publiées) de façon sécurisée et pérenne. La plateforme permet aussi de donner de la visibilité  à leurs travaux grâce à une diffusion large. Les documents déposés dans l’archive ouverte sont visibles dans les moteurs de recherche tels que Google, Google Scholar, Isidore, OAISTER ou encore BASE, ce qui augmente fortement le nombre de citations et de lectures des articles.

Par ses engagements et actions, l’université s’inscrit dans le mouvement de diffusion du libre accès aux connaissances scientifiques. Elle répond aussi aux exigences de l’Union Européenne pour la recherche et l’innovation et celle de l’Unesco pour le développement, la promotion du libre accès et la valorisation de la production scientifique universitaire.

Le dépôt d’un écrit scientifique dans HAL AMU

Couplée à la création du portail, une cellule Open Access, sous la coordination de Marlène Delhaye a été mise en place au sein SCD de l’université. En plus d’administrer l’archive ouverte, cette cellule va à la rencontre des laboratoires et des chercheur.e.s pour former à l’utilisation de HAL AMU ainsi que pour informer la communauté scientifique des droits d’auteur dont ils peuvent se prévaloir.

La diffusion sur une archive ouverte des écrits scientifiques bénéficie depuis 2016 d’un cadre législatif incitatif avec l’adoption de la “loi pour une République numérique”. L’article 30  autorise le dépôt de la “version acceptée pour publication” après un délais d’embargo, sous certaines conditions notamment liées au financement public de la recherche.

Pour faire un dépôt dans HAL AMU il faut, dans un premier temps, créer un compte. Ensuite, il est possible de déposer un fichier et de compléter ses métadonnées. La ou le dépositaire a la possibilité de fixer une durée d’embargo si le document n’est pas immédiatement diffusable en open access. En déposant son travail dans l’archive ouverte, l’auteur.e accepte que son article soit mis en ligne et consultable par des lecteurs. Ses droits d’auteur. e ne sont pas cédés à l’archive ouverte, il est en effet préciser sur le portail de l’archive ouverte que : 

“Dans un contexte de diffusion électronique, tout auteur conserve ses droits intellectuels, notamment le fait de devoir être correctement cité et reconnu comme auteur d’un document.”

La diffusion en libre accès facilite la revendication de la paternité de données et simplifie le repérage de potentiels cas de plagiat. Les licences Creative Commons permettent aux chercheur.e.s de définir et d’afficher les utilisations qu’ils ou elles autorisent pour leurs travaux. Ce sont des moyens simples de définir les conditions de réutilisation de leurs travaux tout en participant à la mise ne commun des connaissances.

Pour conclure

Tout en offrant de nouvelles opportunités en matière de circulation du savoir, l’open access est un bouleversement dans les pratiques de publication et de diffusion pour les chercheur.e.s. Ainsi, le rôle de formation de l’équipe open access du SCD est central pour accompagner la communauté scientifique d’AMU dans la diffusion de ces productions scientifiques. 

Sitographie

Bibliographie

Je remercie Isabelle Gras et Véronique Ginouvès pour leurs relectures et leur disponibilité.

Crédits image : Lisa Haustrate, Détail Atelier, 2018, licence CC-BY NC.

Lisa Haustrate
Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. : Voir https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/ consultée le 19/11/18 à 18 :37m []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.