Nuit européenne des chercheur.e.s : renouer le contact entre sciences et « grand public »

Ce billet est le résultat d’une mise en parallèle entre deux enseignements dispensés dans le cadre de nos deux années de master par François Pacaud, responsable du service blogging scientifique d’OpenEdition et Hannah Robin, chargée de médiation scientifique à l’Université Aix Marseille. François Pacaud a introduit les notions de médiation et de vulgarisation des sciences,tandis que le cours d’Hannah Robin avait pour but d’exposer la diversité des moyens de création et de gestion de projets de médiation. La présentation de l’atelier du “bureau de désinformation” proposé cette année dans le cadre de la Nuit européenne des chercheur.e.s est l’occasion de croiser ces deux cours de master pour dévoiler les projets mis en œuvre dans la médiation des sciences.

Comment de curieuses expressions telles que “boîte à histoire”, “bureau de désinformation”, “histoires dans le noir”, “labo des objets”, “speed-searching” peuvent-elles refléter les sciences ?

De la projection de films autour de projets scientifiques, à la participation du public dans des parcours immersifs autour de la science, en passant par l’exposition d’outils de recherche en cours, la session 2018 de la Nuit européenne des chercheur.e.s a su fasciner un public friand de découvertes scientifiques. Ce happening transnational et annuel correspond à la rencontre entre le spectacle et la science, et est de fait un bel exemple de médiation des sciences.

La médiation scientifique peut se définir comme un moyen de faciliter la communication des sciences et de rétablir la relation entre les domaines scientifiques et le public non spécialiste, aussi appelé « grand public ». Elle passe par la vulgarisation, procédé qui consiste à adapter la technicité du langage scientifique afin de rendre les connaissances intelligibles pour tous, et implique également divers acteurs et supports. La Nuit européenne des chercheur.e.s, est un bel exemple de support « vivant », et correspond à l’intégration des sciences dans la culture1 et les loisirs.

L’installation de l’atelier attise la curiosité du visiteur par une scénographie acidulée.

La Nuit européenne des chercheur.e.s, invite chaque année le public à partager une soirée avec des chercheur.e.s dans des centaines de villes d’Europe dont 12 en France. L’édition de 2018 à Marseille s’est déroulée dans le grand hangar des Docks des Sud et a suivi le thème national des « 1001 histoires » à travers un parcours guidé par une scénographie dynamique et colorée. À Marseille, la Nuit européenne des chercheur.e.s est conduite par la cellule de culture scientifique de l’université d’Aix Marseille qui a pour mission d’organiser des événements tout public et de former les chercheurs à la rencontre avec les non-spécialistes. Par ailleurs, elle anime la communauté des chercheur.e.s et des laboratoires pour développer une programmation culturelle scientifique et universitaire. Le « bureau de désinformation » est un format que l’équipe de médiation a mis en place dans le souhait de traiter le thème national sous l’angle des fake news. Dans un échange de courriels avec Hannah Robin, celle-ci explique que cet atelier a été conçu de sorte que le public était d’abord invité à classer des informations (tweets, articles de presse…) vraies ou fausses pour ensuite discuter avec des chercheur.e.s, à la fois spécialistes du sujet mais aussi épistémologues, [poussant le public à questionner la démarche scientifique] et avec des bibliothécaires qui proposaient de réfléchir sur les sources des informations et les mots utilisés pour qualifier les ‘fake news’ afin de s’en prémunir.

Cette rencontre entre les chercheur.e.s et les publics s’inscrit dans des enjeux pour la société2. Ces enjeux sont d’abord d’ordre démocratique, notamment au travers des choix citoyens éclairés, puis culturels et éducatifs. Ils s’étendent de fait aux chercheur.e.s eux-mêmes et donc la recherche en général, car en rencontrant le public, ils aiguisent leur réflexivité, mettent leur recherche en perspective, et peuvent améliorer leur compétences en communication.

Le public est invité à sélectionner les documents selon leur véracité pour en parler à un.e chercheur.e spécialiste afin d’interroger leurs démarches scientifiques

Ainsi, cet atelier captive le public en le plongeant dans un sujet par la recherche de documents qu’il juge être pertinents, et l’éclaire en discutant avec des personnes spécialisées sur ce même sujet. Aussi, au-delà de vérifier avec le public la véracité des contenus diffusés sur les réseaux sociaux et les divers médias d’information, il était également question d’interroger la démarche scientifique et la notion d’expert.e, un procédé finalement inhérent à la médiation scientifique. En parallèle, un atelier tel que le bureau de désinformation est intéressant pour les chercheur.e.s et personnes spécialisées car ils peuvent aborder autrement leurs sujets de recherche en sélectionnant des informations vraies et fausses sur leur thématique de spécialisation en fouillant dans la presse, twitter et internet. Ce dialogue avec un public non spécialiste permet également de confronter et combattre les idées fausses véhiculées dans leur domaine d’étude en faisant le point avec eux sur l’état des recherches en cours. C’est également une des raisons3 pour laquelle les universités se dotent d’une cellule de culture scientifique afin que les chercheur.e.s puissent aisément adapter leurs recherches à n’importe quel public.

Atelier du labo des objets. « Nous sommes Emmanuelle et Carole. Nous avons choisi ces 3 objets en lien avec notre travail [de recherche]. Certains peuvent être de véritables outils, d’autres sont symboliques. À vous de vous en inspirer pour imaginer notre histoire de recherche« . Cet atelier est un autre témoin du ludisme employé par la médiation des sciences.

Au-delà de la communication de la recherche, il s’agit véritablement de rendre les sciences ludiques et accessibles au « grand public ». En proposant de jouer au Shifumi contre une intelligence artificielle4, de visionner une sélection de courts métrages programmée en partenariat avec l’association Polly Maggoo, ou encore de suivre l’événement de chez eux en écoutant en direct Radio Grenouille, présente à la Nuit européenne des chercheur.e.s, les visiteurs sont fascinés de façon sensorielle. De surcroît, il dépasse complètement la figure passive de l’individu recevant sa leçon, en dialoguant directement avec les acteurs de la recherche scientifique.

Mathilde Louis
Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques.
Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Crédits photographiques

  • Image à la une, par Mathilde Louis. Photographie sous licence CC-0.
  • Image 2 : « L’installation de l’atelier attise la curiosité du visiteur par une scénographie acidulée » par Mathilde Louis. Photographie sous licence CC-0.
  • Image 3 : « Le public est invité à sélectionner les documents selon leur véracité pour en parler à un.e chercheur.e spécialiste afin d’interroger la démarche scientifique » par Mathilde Louis. Photographie sous licence CC-0.
  • Image 4 : « Atelier du labo des objets. ‘Nous sommes Emmanuelle et Carole. Nous avons choisi ces 3 objets en lien avec notre travail [de recherche]. Certains peuvent être de véritables outils, d’autres sont symboliques. À vous de vous en inspirer pour imaginer notre histoire de recherche.’ Cet atelier est un autre témoin du ludisme employé par la médiation des sciences. »

 

  1. Jean-Marc Lévy-Leblond, vulgarisateur scientifique, va jusqu’à employer l’expression « mise en culture de la science » dans son ouvrage L’esprit de sel. Référence bibliographique : LÉVY-LEBLOND, Jean-Marc, L’esprit de sel : science, culture, politique, Paris, Éditions du Seuil, 1984, 313 pages. []
  2. Échange de courriels avec Hannah Robin, le 26 Octobre 2018. Retranscrit en italique dans ce billet. []
  3. La vulgarisation est en effet une des missions des établissements de l’enseignement supérieur définies dans l’article L123-6 du code de l’éducation : Le service public de l’enseignement supérieur a pour mission le développement de la culture et la diffusion des connaissances et des résultats de la recherche. […] Les établissements qui participent à ce service public peuvent assurer l’édition et la commercialisation d’ouvrages et de périodiques scientifiques ou techniques ou de vulgarisation, ainsi que la création, la rénovation, l’extension de musées, de centres d’information et de documentation et de banques de données. []
  4. Aussi appelé « pierre-papier-ciseaux », le Shifumi est un jeu effectué avec les mains et opposant un ou plusieurs joueurs. L’atelier consistait à faire jouer les visiteurs contre une intelligence artificielle qui, à l’aide d’algorithmes et de probabilités,tentait de prédire les actions de ses adversaires humanoïdes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.