Les usages des logiciels d’édition XML en humanités numériques : l’exemple de XMLCopyEditor

Dans le domaine de la gestion des données, les métiers de l’information, archivistes, bibliothécaires, documentalistes ou muséographes, ont à leur disposition un large éventail de solutions logicielles pour manipuler les données et les métadonnées en réponse à leurs besoins en termes de description archivistique. Cependant, la plupart des logiciels utilisés n’ont pas pour but initial de fournir des fonctionnalités applicables à tous les besoins des acteurs des différents domaines des humanités numériques. Bien que le XML ait permis l’imposition de certaines normes et des pratiques, permettant à des institutions de mieux correspondre aux principes FAIR, l’usage du XML demeure encore faible et limité chez les professionnels, faute d’outils simples et adaptés.

Qu’est-ce que le XML ?

Le langage de l’éditeur dont nous avons choisi de parler (l’XML), a été conçu en 1998 en s’inspirant du SGML et de l’Unicode pour stocker et transporter des données. Ce langage de balisage et d’encodage polyvalent permet de structurer l’information à l’aide de balises, tout en accordant une attention particulière à sa lisibilité tant pour les humains que pour les machines grâce à un système hiérarchique marquant les relations. Ce langage se compose aussi de deux types de balises : ouvrantes et fermantes, avec la possibilité d’imbrication pour organiser de manière arborescente les différents éléments du document.

Pour illustrer simplement notre propos, un document XML prend généralement cette forme :

Dans cet exemple, la balise <livre>, <titre> et <publication> sont des balises entre chevrons (< >) et le texte entre les balises constitue les données.

C’est dans cette perspective que certaines solutions logicielles, telles que XMLCopyEditor, prennent place, offrant un accès intuitif et pédagogique au langage XML. Elles répondent aux besoins spécifiques des humanités numériques en termes de description archivistique, facilitant ainsi la manipulation des données de manière efficace et en accord avec les évolutions rapides de ce domaine.

Pourquoi avoir choisi de présenter ce logiciel ?

Les Humanités Numériques, champ d’étude novateur situé au carrefour de l’informatique et des sciences sociales et humaines, ont ouvert de nouvelles perspectives dans la manière dont les métiers de l’information travaillent avec les chercheurs, tant dans l’analyse que dans la préservation1  des données. Pour les assister dans leur tâche, nombreux sont ceux qui utilisent des éditeurs XML, qui constituent une interface de gestion des données textuelles suffisamment rigoureuse et détaillée. En d’autres termes, la gestion de documents structurés est au cœur des Humanités Numériques, où des corpus de données variées et nombreuses sont souvent analysés et composés.

Le choix de présenter ce logiciel découle également de deux enseignements que nous avons suivis dans le cadre de notre formation en Master 2 ; ces cours, traitant des Médiations de l’histoire et Humanités numériques et de l’Initiation au traitement bibliographique, nous ont été dispensés par Jean Mambré, archiviste indépendant et spécialiste de la description archivistique encodée. L’objectif de ces séances était de nous offrir une première approche de l’analyse et du traitement des données numériques pour nous aider à acquérir une meilleure compréhension du langage XML. Dans ce cadre, nous nous sommes entraînés à décrire des fonds d’archives et de manuscrits en EAD à travers des exercices guidés.

Enfin, la préférence pour la présentation de XMLCopyEditor est également guidée par la volonté de proposer une alternative gratuite et open source aux autres logiciels d’éditions XML, offrant un panel de fonctionnalités suffisamment complet pour une utilisation professionnelle. Ce choix vise donc aussi à proposer une option face aux logiciels de références telles qu’Oxygen, qui, bien que plus riches et abouties, sont des logiciels propriétaires et relativement onéreux.

Qu’est-ce que XMLCopyEditor ?

Selon sa documentation officielle, XMLCopyEditor est présenté comme un éditeur utilisant le langage XML, avec la caractéristique de prendre en charge la validation des Définitions Type de Documents. Son interface se veut élégante grâce à l’utilisation de la colorisation syntaxique, le formatage de la source, la complétion et l’édition de balises, ainsi que par une fonction de verrouillage de balises.

Ce logiciel gratuit est distribué sous licence publique générale GNU, visant à garantir la liberté de distribution et de modification des différentes versions du programme. Il est disponible à l’adresse suivante, hébergé sur la forge logicielle Sourceforge2. Le logiciel ne supporte que pour le moment les systèmes d’exploitation Windows et les différentes distributions de Linux.

Les différents usages de XMLCopyEditor pour la description archivistique en humanités numériques

C’est dans ce contexte que des logiciels comme XMLCopyEditor proposent des outils adéquats pour la manipulation, la lecture et l’édition de données complexes, à travers les structures du langage XML qui facilitent ce processus. Par ailleurs, ces logiciels permettent également, via l’édition et la validation des balises XML, de garantir la conformité de la description aux règles établies par la DTD de l’EAD, offrant ainsi à l’archiviste un moyen essentiel de vérification au fil de la description archivistique pour assurer la cohérence des données tout au long du processus d’analyse.

Interface du programme XMLCopyEditor

Cette fonctionnalité est particulièrement utile lors de la création d’un corpus pour le classement d’archives, mais aussi pour développer l’interopérabilité et la normalisation des métadonnées selon les principes FAIR. Cette normalisation, qui vise à établir des standards uniformes pour la restructuration des métadonnées, permet de rendre les informations qu’elles contiennent plus accessibles, de sorte à permettre leur réutilisation par d’autres chercheurs.

La normalisation des métadonnées du langage XML pour une interopérabilité selon les principes FAIR.

Lorsqu’il s’agit de métadonnées, des logiciels comme XMLCopyEditor offrent aussi l’ajout d’annotations, directement dans les documents XML. L’analyse approfondie des données, quelles qu’elles soient et l’annotation de documents textuels (telles que les observations faites par les archivistes lors du classement) s’en trouvent ainsi considérablement simplifiées, tout en demeurant lisibles selon les logiques de la norme appliquée. Ces annotations incluent des métadonnées, des marquages syntaxiques ou sémantiques, des classifications thématiques, ou même des interprétations contextuelles, qui contribuent alors à enrichir les données et faciliter des analyses ultérieures plus précises et des recherches comparatives.

Illustration de l’EAD sous la forme d’une DTD publique en langage XML.

Enfin, XMLCopyEditor offre la capacité à ses utilisateurs de manipuler les données. Grâce à ses fonctionnalités, il devient possible de convertir, filtrer ou restructurer des documents XML en fonction de critères spécifiques. À titre d’exemple, ce logiciel offre la possibilité d’adapter numériquement des catalogues sur support imprimé lors du processus de rétroconversion, en réorganisant l’information conformément à diverses normes de description archivistique. Il offre également la possibilité de transformer des données brutes, telles que du texte obtenues par le biais de l’océrisation, en un document XML. Cette souplesse facilite l’intégration de données hétérogènes en brisant des limitations techniques et encourage l’analyse multidimensionnelle en améliorant la lecture des données transformées.

La technologie OCR (Reconnaissance Optique de Caractères) utilisée pour produire des données brute convertible.

Pour résumer …

Un logiciel comme XMLCopyEditor offre plusieurs avantages pratiques. Tout d’abord, il permet la création, l’édition, la validation et la consultation de documents XML conformes aux normes en vigueur ; au moment du versement des données pour leur préservation sur le long terme, les données sont intègres. D’autre part le logiciel permet de générer des documents aux formats compatibles avec d’autres logiciels et un large éventail de plates-formes, facilitant ainsi la réutilisation et contribuant à la diffusion des données. Enfin, le logiciel facilite le travail d’équipe en préservant la cohérence des données dans les projets collaboratifs à travers le partage des corpus, des annotations, des modifications ou des analyses. Finalement, bien que XMLCopyEditor n’ait pas été initialement conçu pour ces usages, il démontre, à travers ses différentes fonctionnalités, la versatilité du langage XML. Ce logiciel parvient malgré tout à tirer avantage de ces fonctionnalités, s’adaptant ainsi aux besoins des humanités numériques sans faire trop de compromis techniques. En tant que futurs archivistes, la manipulation de ce type de logiciel a été intéressante, car elle nous a permis de découvrir d’autres profils de logiciels auxquels nous ne soupçonnions ni l’existence, ni le rôle à jouer dans l’édition et la gestion des données et métadonnées.

Crédits Photographiques :

Image à la une et illustration de l’EAD sous la forme d’une DTD publique en langage XML : Captures d’écrans du logiciel d’édition Notepad ++. URL : https://notepad-plus-plus.org/

Interface du programme XMLCopyEditor et l’exemple de balisage XML : Captures d’écrans du logiciel XMLCopyEditor. URL : https://xml-copy-editor.sourceforge.io/

Illustration de l’usage de la technologie OCR : Montage de deux captures d’écrans réalisées à partir du portail Gallica de la Bibliothèque nationale de France à partir d’un ouvrage numérisé et océrisé. URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55486248/f10.item

Pour citer ce billet :

Polosse Jordan et Ruggiero Matthias, “Les usages des logiciels d’édition XML en humanités numériques : l’exemple de XMLCopyEditor”, Carnets du Master Histoire, Civilisations Patrimoine : Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques, 12 janvier 2024. URL : https://masterabd.hypotheses.org/11291



Citer ce billet
promotion20232024 (2024, 12 janvier). Les usages des logiciels d’édition XML en humanités numériques : l’exemple de XMLCopyEditor. Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkya

  1. Nous avons choisi d’employer l’anglicisme « préservation » et non « conservation », suivant les prescriptions de l’archiviste Julien Benedetti, lequel préférant l’usage du premier terme pour parler des archives numériques et le second pour les archives physiques. Ce choix s’explique notamment par les normes de sauvegarde à long terme de ces deux typologies de documents, qui diffèrent autant dans leurs applications que dans leur but  : la « préservation » est davantage une protection particulière qui se concentre avant tout sur la prévention des dommages et des menaces sur l’information en elle-même, tandis que la « conservation » est plutôt un mode de protection davantage axé sur une gestion durable et plus sereine des supports physique contenant une information, qui présentent une permanence dans le temps plus certaine. Or, les données et les supports des archives numériques sont précisément des ressources particulièrement fragiles, que les évolutions technologiques incessantes menacent sans cesse leurs capacités de compréhension et d’utilisation due à de multiples facteurs, comme l’obsolescence de son support de lecture. []
  2. La forge logicielle Sourceforge est un type de site web qui a pour utilité l’hébergement du développement de logiciels libres tels que Moodle, Notepad ++, Inkscape ou FileZilla. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.