Photographie d'un micro

La transition bibliographique : un retour d’expérience en bibliothèque

La transition bibliographique est encore aujourd’hui un projet d’expérimentation pour les bibliothèques permettant leur visibilité et l’enrichissement de leur catalogue. Elle engendre des réactions diverses de la part des professionnels du secteur. Nous sommes étudiantes en deuxième année de master Histoire, Civilisation, Patrimoine, parcours “Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques” et nous avons choisi pour notre billet de blog de mettre en lumière les expériences de Madame Sylvie Pontillo, responsable de la bibliothèque des Archives nationales d’outre mer ainsi que de Madame Nathalie Savarit, bibliothécaire assistante spécialisée SUDOC, formatrice et administratrice du SIGB.

Un bref historique de la transition bibliographique

En 2015, l’Agence bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES) et la Bibliothèque nationale de France lancent un programme pour la transition bibliographique. Ce programme est nécessaire pour améliorer la visibilité des données bibliographiques en passant par le modèle IFLA-LRM1. Publié en septembre 2021 pour la version française, ce modèle permet de décrire et structurer les métadonnées. Pour cela, il s’appuie sur trois notions : 

  • L’entité qui est un ensemble d’éléments abstraits ou concret 
  • L’attribut qui est un point commun entre chaque entité
  • La relation qui est un lien entre chaque entité2

Ce modèle IFLA LRM permet l’interopérabilité que l’on retrouve dans le web de données et ses graphes RDF. Voici un exemple de graphe que nous avons travaillé lors de l’enseignement de Madame Savarit où il s’agissait de lier 4 mots ou concepts choisis au hasard. Nous avons tiré au sort les mots “casque”, “Mary Shelley”, “voiture” et “Versailles”. Nous avons pu les lier comme décrit sur l’exemple ci-dessous.

Graphe de triplets RDF avec les mots "casque", "Mary Shelley", "voiture" et "Versailles". Des liens sont effectués entre eux grâce à d'autres mots aux caractéristiques communes et à l'aide de phrase comportant un verbe.
Graphe de triplets RDF avec les mots “casque”, “Mary Shelley”, “Versaille” et “voiture”

Cet exercice nous éclaire sur la façon dont s’effectue cette interopérabilité entre les données.

Pour plus de détails sur cette transition bibliographique, vous pouvez consulter les billets de blog de la promotion  2021-2022 “Transition bibliographique : Améliorer la visibilité des catalogues de bibliothèques. L’exemple de la modélisation IFLA-LRM” et de la promotion 2018-2019  “La transition bibliographique chez Freud : Mémoire M2 de Clémence Harter”.

Des expériences multiples

Nous avons choisi pour ce billet de blog d’interroger deux personnes travaillant en bibliothèque pour avoir différentes expériences sur cette transition. Nous avons d’abord interrogé Nathalie Savarit. Elle est Bibliothécaire Assistant Spécialisé classe exceptionnelle au sein du SCD d’Aix-Marseille université 3 depuis 2002. Elle est coordinatrice Sudoc pour le SCD et administratrice du SIGB4 Koha pour les modules de catalogage depuis septembre 2015. Et elle fait partie de plusieurs groupes de travail nationaux, notamment le groupe formation du programme Transition bibliographique.

Nous avons également rencontré  Sylvie Pontillo, responsable de la bibliothèque des ANOM. Elle résume ainsi sa mission, comme la prise en charge

De la gestion, de la communication, de la valorisation des fonds bibliographiques conservés aux ANOM et à ces missions de fonds s’ajoute aujourd’hui celle de la transition bibliographique. 

Une grande parade son activité s’effectue en solitaire car elle est seule à gérer la bibliothèque assistée d’un agent de magasinage dans certaines missions. Cet isolement renforce la nécessité de travailler en réseau. Le SIGB utilisé par la bibliothèque des ANOM est actuellement Cadic mais plusieurs raisons, dont celle de réaliser la transition bibliographique, ont poussé à son changement et c’est le SIGB Koha qui a été sélectionné.

Définition de la transition et sa réception

Pour commencer nos entretiens, nous avons choisi de demander à nos deux interlocutrices leur définition de la transition bibliographique et ce qu’elles attendent de celle-ci. Pour Madame Savarit, la transition bibliographique permet d’intégrer de nouvelles pratiques de catalogage, une meilleure visibilité des catalogues pour les usagers et du partage de données. Madame Savarit nous parle ainsi de sa découverte de la transition bibliographique : 

J’ai entendu parler de transition bibliographique avant de prendre mon poste en 2015, comme simple catalogueur à l’époque. J’y ai trouvé un intérêt immédiat en me disant qu’il fallait prendre le train en route dans ce projet d’évolution de nos pratiques.

Elle a donc candidaté au groupe national Formation de la Transition Bibliographique qui recherchait des volontaires. Pour elle, intégrer ce groupe permet d’obtenir toutes les informations et supports pour mettre en place la transition mais surtout, cela facilite la compréhension de la transition bibliographique. Elle nous fait part de sa volonté de ne plus parler de transition puisqu’elle souhaite voir la fin de ce changement. 

Lors d’un stage portant sur les nouvelles normes de catalogage en bibliothèque, intitulé “L’alimentation future de notre catalogue” suivi en 2021, Madame Pontillo a été fortement encouragée à entreprendre cette transformation dans le but d’optimiser la qualité du service public au moyen d’un environnement de travail modernisé. Cette transition est décrite par Madame Pontillo comme

Une plus value à terme, permettrait de valoriser les données, on ne parlerait plus de notices bibliographiques. On pourrait faire apparaître nos catalogues sur le web grâce à la production des métadonnées et la normalisation des pratiques

Les objectifs de la transition sont, selon elle, la maîtrise des outils, l’ouverture aux autres et l’établissement de données propres entraînant une confiance des utilisateurs. 

À la différence de Madame Savarit intégrée dans un SCD de 150 agents, Madame Pontillo est seule à gérer une petite bibliothèque au sein d’un centre d’archives. Elle a dû entreprendre des démarches pour obtenir des informations et une assistance afin de comprendre l’utilisation de l’outil Bibliostratus, un logiciel libre destiné à l’alignement de données entre le catalogue bibliographique des deux agences bibliographiques de la BnF et le Sudoc. Cette étape est cruciale pour la mise en oeuvre de la transition bibliographique. Même si l’apprentissage d’un tel outil ne peut être le même lorsque l’on est isolée et lorsque l’on bénéficie d’une équipe au niveau local et du soutien d’un réseau national, la transition a été réalisée.

Vécus de la transition

Nos questions ont ensuite porté sur leur expérience avec la transition bibliographique et son impact sur leurs pratiques. 

Pour Madame Savarit, il n’y a pas de grand changement dans les pratiques. Le catalogage devient cependant plus pointu et demande de maîtriser le code RDA-France5. Comme nous l’avons dit plus tôt, elle fait partie d’un groupe de formation à la transition bibliographique ce qui lui permet d’anticiper les changements ou de voir des choses plus concrètes telles que les entités OEMI6

Comme elle possède un rôle de coordinatrice, nous lui avons également demandé le retour d’expérience des personnes qu’elle forme. D’après elle, dans le cadre du SCD les personnels sont bien informés sur cette transition et ils sont bien accompagnés notamment grâce à des listes de diffusion ou des formations en interne comme celles proposées par le CRFCB7. En général, elle fait part d’une volonté des agents de suivre cette évolution :

Les catalogueurs sont assez patients et conciliants. […] Peut-être parle-t-on de transition depuis trop longtemps ? Ou que le catalogage n’est qu’une petite partie de leurs fonctions. Cependant, une perspective de nouvel outil (2028 ?) et de catalogue LRMisé portée à 2040 d’après le rapport de M. Van Der Graaf ne fait pas rêver. Certains partiront à la retraite avant d’avoir vu la fin de la transition bibliographique…

Madame Pontillone bénéficie pas du même accompagnement au sein des archives nationales et de centre d’archives. Elle a découvert d’elle-même cette transition bibliographique. En 2017, elle prend connaissance du dossier “Transition bibliographique à la veille d’un tournant décisif” de la revue Ar(abes)que publié par l’ABES8.  Malgré un premier pas vers la compréhension de la transition bibliographique, Madame Pontillo s’est retrouvée face à une impasse pendant longtemps en raison d’un manque d’informations et d’outils supplémentaires. Cela nous a permis de mettre en lumière la difficile appréhension de ce nouveau concept bibliographique. En effet, elle a suivi plusieurs formations et a dû demander des conseils à de nombreux autres bibliothécaires avant de saisir les changements induits par cette transition bibliographique. La question était de savoir si les bibliothèques d’archives doivent aussi mettre en place cette nouvelle normalisation créée pour les bibliothèques de l’enseignement supérieur. À la suite des formations suivies par Madame Pontillo, l’année 2024 est une année charnière ayant pour but de changer de SIGB au profit de Koha sur les conseils des bibliothécaires des Archives nationales. La plus grande difficulté relevée par Madame Pontillo est ce manque d’informations concernant la transition bibliographique, elle nous dit d’ailleurs qu’elle s’est sentie “doublement démunie”, par sa situation de bibliothèque d’archives et par 

Le manque de réactivité dans l’évolution du produit (Cadic Intégral), les éditeurs du logiciel doivent également suivre les avancées de la transition bibliographique, les informaticiens doivent répondre aux demandes et porter conseil. 

Cependant, il est important de préciser que ces difficultés ne sont pas insurmontables comme nous le précise Madame Savarit :

Mais mon avis reste positif pour l’avenir et il se doit de le rester car mon rôle est d’accompagner mes collègues. J’espère pouvoir voir l’achèvement de cette transition, travailler dans le nouvel outil de l’Abes et voir toutes les possibilités offertes sur le web. J’ai donc peut-être un avis plus positif que l’avis général en ayant des aperçus un peu plus détaillés des projets autour de la transition bibliographique que mes collègues.

Avenir de la profession

Enfin, nous avons souhaité connaître leur point de vue sur le futur de la profession grâce à cette transition bibliographique. Selon Madame Savarit, 

Il est encore difficile de parler de réel changement dans le métier lié directement à la transition bibliographique. On crée beaucoup plus de liens. On fait plus de curation de données que du catalogage. Pour ça, l’Abes a développé des outils bien utiles, dont certains ont été adaptés à Koha (plugin AbsWS).

Elle nous montre que le web de données permettra que ces dernières soient utilisées par l’IA avec beaucoup de projets en cours dans ce cadre, en témoigne le sujet de la dernière Biennale du Numérique :  intelligence artificielle : écosystèmes, enjeux, usages. Une approche interprofessionnelle proposée par l’ENSSIB le 13 et 14 novembre 2023. Elle pense qu’il faudra une formation pour accompagner cette transition et avoir des connaissances plus poussées en informatique. 

Elle décrit même l’avenir de la profession avec moins de catalogage voire une disparition de ce terme. Cependant, elle ne souhaite pas se projeter car le métier évolue souvent. Pour elle : 

L’évolution du métier se fera avec l’évolution de la société et des besoins de nos usagers. La transition bibliographique ne révolutionnera peut-être pas nos pratiques mais ouvrira certaines perspectives intéressantes.

Pour Madame Pontillo, la transition bibliographique permettra d’avoir une meilleure visibilité des données bibliographiques. Cet enjeu revêt une importance particulière, car le catalogue de la bibliothèque des ANOM se révèle difficile à localiser et à utiliser en raison de sa dépendance à l’IREL9 des archives. Cela suscite 

Un engouement et une envie de s’associer à la transition bibliographique qui coexistent avec le fait que ma hiérarchie ne m’a jamais indiqué qu’il était temps de m’y engager.

Il s’agit d’une initiative personnelle et elle résume la vision de son métier comme non figé et où il est nécessaire de toujours suivre les évolutions. Elle souhaite que la nouvelle génération de bibliothécaires puisse continuer à faire évoluer la bibliothèque des ANOM et elle voit son rôle comme un maillon d’une plus longue chaîne. 

Pour terminer …

Grâce à ces entretiens, nous avons pu saisir les différentes visions de la transition bibliographique. Nous avons choisi ces deux interlocutrices car même si leur métier est le même, leur milieu et leurs fonctions diffèrent induisant des expériences différentes. Leurs réponses montrent l’importance dans cette transition bibliographique du réseau, des bons outils et de l’implication de chacun dans ce projet. Pour finir ce billet, nous souhaitons remercier Sylvie Pontillo pour nous avoir chaleureusement accueilli dans ses locaux ainsi que Nathalie Savarit pour sa disponibilité et sa réactivité. 

Crédits photographiques

Image à la une :  Microphone (source: “Close-up of retro microphone against band background”, [en ligne] URL : https://pikwizard.com/photo/close-up-of-retro-microphone-against-band-background/b998154c0c9688abd9210fd6ad325190/ ,  licence CC0 Domaine public)

“Graphe de triplets RDF” produite par Camille Favre-Rochex et Pauline Ponçot (Licence CC0 Domaine public). 

Pour citer ce billet…

Favre-Rochex Camille, Ponçot Pauline, “La transition bibliographique : un retour d’expérience en bibliothèque d’archives“, Carnets du master Métiers des archives et des bibliothèques: médiation de l’histoire et humanités numériques, 28/12/2023, URL: masterabd.hypotheses.org/10817  

 

 



Citer ce billet
promotion20232024 (2023, 28 décembre). La transition bibliographique : un retour d’expérience en bibliothèque. Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vefk

  1. Site de la transition bibliographique, en ligne URL : https://www.transition-bibliographique.fr/ []
  2. Site de la transition bibliographique, “Qu’est-ce que le modèle IFLA-LRM”, en ligne, URL : https://www.transition-bibliographique.fr/enjeux/definition-ifla-lrm/ []
  3. Service Commun de la Documentation qui regroupe, au sein d’une université, toutes les structures qui concourent à remplir une fonction documentaire. []
  4. Système Intégré de Gestion des Bibliothèques : logiciel qui s’appuie sur une base de données pour proposer des modules de gestion adaptés aux besoins des bibliothèques []
  5. Nouveau code de catalogage conçu pour faciliter la recherche d’informations sur une ressource documentaire dans le contexte des technologies du web []
  6. Œuvre, Expression, Manifestation, Item : acronyme désignant selon leur désignation en anglais les quatre entités (Work, Expression-Manifestation-Item) du modèle FRBR permettant de rendre compte de toute ressource bibliographique []
  7. Centre Régional de Formation aux Carrières des Bibliothèques []
  8. “Transition bibliographique : à la veille d’un tournant décisif” (dossier), Ar(abes)que, octobre 2017, n°87, [en ligne] URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=209 (consulté le 27.11.2023) []
  9. Instrument de recherche en ligne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.