Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?

Longtemps réservées à un milieu scientifique, l’étude et la transmission de l’Histoire s’ouvrent aujourd’hui à un public de non professionnels notamment à travers le phénomène des reconstitutions historiques. Maryline Crivello, professeure d’histoire moderne, spécialiste de la “Living History”, dispense un cours sur la médiation de l’histoire et les usages publics du passé dans le cadre du parcours « Médiation de l’histoire et humanités numériques » de notre Master que nous avons choisi de vous retransmettre.

Apparue dès les années 1970, la Living History ou “Histoire vivante” peut se définir comme la volonté de ces acteurs de revendiquer une filiation à un événement passé ou à un lieu. Ce mouvement venu du monde anglo-saxon, et notamment des Etats-Unis, peut être justifié dans ce cas par l’absence d’un passé lointain. En France, terre d’histoire, c’est la survalorisation du local qui est à l’origine de l’appropriation de l’histoire par un public large et diversifié. En effet, sous les effets de la décentralisation amorcée par André Malraux et achevé par Gaston Defferre, on observe un intérêt pour l’histoire régionale. Cette histoire est appropriée de différentes façons par des associations ou des collectivités territoriales. On y observe la volonté de se trouver un passé commun. L’individu se crée une identité qui le rattache à un lieu. Dans cette appréhension de l’histoire, le lieu a une dimension symbolique très forte. Dans le lieu il y aurait une part de mémoire, de souvenir.

Longtemps considérée comme un épiphénomène, l’histoire vivante est aujourd’hui bien présente sur la scène culturelle. A cet effet, on peut citer de nombreux exemples de valorisation d’une histoire passée, qu’elle soit nationale ou locale. Par exemple, le village médiéval de Guédelon, qui est un projet de construction d’un château fort médiéval avec les techniques du XIIIe siècle. Né en 1998, ce projet accueille des passionnés d’histoire réunis autour d’une association, qui travaillent à construire ce château non seulement avec les moyens techniques d’époque mais qui sont également costumés. Ce lieu pittoresque attire chaque années la curiosité de nombreux touristes. Un autre exemple est celui du parc à thème du Bournat dans le Périgord. Il s’agit d’un parc reconstruit à l’image d’un village au début du XXe siècle. A la base de cette attraction touristique, on trouve la volonté d’un érudit local, grand collectionneur et passionné de cette période. Enfin on peut citer dans la région PACA la Fête de la Peste de la Ciotat qui représente chaque année l’occasion de célébrer l’héroïsme des ciotadins qui auraient arrêté la peste en 1720 aux portes de la ville. Sans négliger un aspect économique certain, ces translations de l’histoire en reconstitutions ou événements festifs font appel à des rapports affectifs et humains. Cette forme de médiation attire à la fois les acteurs et le public car elle offre une émotion individuelle ou collective. De la même façon, elle permet de retrouver un passé perdu. L’histoire acquiert de cette façon une dimension accessible et concrète.

krisam_kirche-la-ciotat_1960

Ainsi, la médiation de l’histoire n’est plus réservée aux musées. La recherche historique n’est plus la chasse gardée du domaine scientifique et universitaire, ce dernier étant soumis à la concurrence de ces nouveaux historiens. On peut par conséquent se demander qu’elle est aujourd’hui la place de l’historien dans cette appropriation de l’histoire par des non professionnels. La vérification des sources, point central de la recherche historiographique, ne semble pas être la priorité des collectivités. L’exemple de la fête de la Peste de la Ciotat est flagrante. En effet, bien que la peste ait touché la Provence en 1720, dévastant des villes telles que Marseille ou Toulon, la Ciotat a quand à elle été préservée de l’épidémie. L’idée d’une célébration date de 1994 avec le désir de créer un renouveau dans la ville après la fermeture de différents chantiers et la création de la Semidep, nouveau chantier naval. Le maire de l’époque estime alors que la ville ne peut retrouver son dynamisme économique sans la réappropriation de son histoire par ses habitants. C’est ainsi que naît le projet à la Ciotat. Ici, l’histoire à pour but de créer du lien social, et de redorer l’image d’une ville. La recherche de vérité n’est pas indispensable. Dans le cas des reconstitutions, le terme de mémoire semble plus approprié. En effet selon Pierre Nora, la mémoire est « la vie toujours portée par des groupes vivants” et “ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie, inconsciente de ses déformations successives”.

Comment expliquer ces “déformations” de l’histoire? Quelle est le rôle des professionnels de la documentation dans ce phénomène social? Sont-ils sollicités? Un membre d’une association de reconstitution historique aixoise a accepté de nous parler de son travail en tant qu’historien de l’association. Pour faire ses recherches, il se procure lui-même un grand nombre d’ouvrages historiques de référence, qu’ils soient rédigés en anglais ou en français. Il s’inspire aussi, lorsqu’il le peut, de témoignages d’anciens combattants et de survivants de cette époque mais ces ouvrages là sont plus difficiles à trouver. Selon lui, Internet est aussi un bon outil de recherche.

“Il est indéniable qu’Internet a révolutionné l’accès à la connaissance, dans les années 70, il n’y avait que la bibliothèque municipale de ma ville où trouver des livres.”

Concernant la consultation d’archives, il ne se rend pas sur place mais il lui arrive de passer par les services payants d’intermédiaires accédant aux archives nationales étrangères dont l’accès est réservé aux professionnels. Il consulte aussi régulièrement des bases de données d’archives ouvertes. Admettant avoir un rôle très modeste dans la médiation de l’histoire, il avoue apprécier “l’ambiance de la reconstitution” qui le rapproche de sa carrière de militaire mais aussi d’un passé qu’il n’a pas connu.

640px-2014-08-23_10-46-13_reconstitutions-historiques-belfort-1

En somme, la démocratisation du savoir permet au public de s’émanciper de la tutelle de l’historien, du bibliothécaire ou de l’archiviste. Cependant le risque est l’appauvrissement des thèmes de l’histoire au détriment des faits glorieux et la modification de cette dernière. Il est du rôle des acteurs de la recherche de s’adapter à ce phénomène mais de prévenir d’une déformation collective de l’Histoire.

 Christelle Sahraoui & Charlène Morin

Pour aller plus loin…

Le carnet de recherche de Maryline Crivello : https://muse.hypotheses.org/

Le métier d’historien vs passionné d’histoire : http://www.liberation.fr/societe/2012/05/30/aimer-l-histoire-est-une-chose_822511

Le site du festival historique de l’association Carènes : http://www.carenes-association.org/1720…IL_ETAIT_UNE_FOIS_._._..html

 

Bibliographie

Les lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora, Gallimard, 1984

Martin Jean-Clément, « Histoire, mémoire et oubli pour un autre régime d’historicité », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4/2000 (no 47-4), p. 783-804.

Comment on revit l’histoire. Sur les reconstitutions historiques (1976-2000) », Mémoires en miroir. Autour d’une Méditerranée plurielle, La Pensée de Midi, Philippe Joutard dir., numéro 3, Actes Sud, Hiver 2000, p. 69-74.

Crédits photographiques

Image à la une : « 2016-07-23 10-34-56 reconstit-belfort », auteur Thomas Bresson, creative commons Attribution 4.0 International (CC BY 4.0), wikimedia commons.

« Krisam Kirche-la-Ciotat 1960 », auteur Stadtmuseum Simeonstift, Open-source Ticket Request System (OTRS), wikimedia commons.

« 2014-08-23 10-46-13 reconstitutions-historiques-belfort », auteur Thomas Bresson, creative commons Attribution 3.0 Unported (CC BY 3.0), wikimedia commons.

Cite this article as: Promotion 2016-2017, "Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?," in Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques, 21/01/2017, http://masterabd.hypotheses.org/602.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *