Qui sont les médiateurs scientifiques ?

La science n’est pas réservée à une élite d’intellectuels. Certes elle est parfois difficilement accessible au grand public, pourtant nous constatons qu’il existe depuis plusieurs siècles des intermédiaires entre ce dernier et les chercheurs qui produisent la recherche scientifique. Je vous renvoie à l’article de Véronique Carminati d’une promotion précédente pour un historique de la vulgarisation scientifique, intitulé Une brève histoire de la vulgarisation scientifique : du XVIe siècle à nos jours, dans la mesure où nous allons nous concentrer ici sur le rôle que jouent les médiateurs, ces personnes aux profils variés qui interviennent pour transmettre des connaissances scientifiques. Il serait donc pertinent de s’interroger sur les coulisses de la vulgarisation scientifique et ses enjeux.

Quelles sont les personnes capables de rendre accessible ces connaissances ? Quels sont les enjeux de la médiation scientifique pour les acteurs concernés ?

Qui sont les médiateurs d’aujourd’hui ?

Il ne suffit pas d’être un scientifique pour devenir un médiateur, au contraire, la médiation scientifique nécessite des qualités très précises que certains chercheurs ne possèdent pas. On ne naît pas médiateur, mais on le devient. Il est en effet difficile de disposer du recul nécessaire sur la recherche pour la rendre accessible au grand public avec des termes compris par tous, d’où la nécessité d’une formation. Il s’agit d’un domaine d’expertise particulier avec de vraies compétences, ce qui peut être assez mal perçu par certains chercheurs qui pensent être capables de vulgariser leur discours.

Trois principaux profils de médiateurs se dessinent : les professionnels de la médiation des sciences, les chercheurs eux-même et les amateurs, qui peuvent être plus marginaux en fonction des supports utilisés. Je citerai en exemple les chaînes YouTube de vulgarisation scientifique comme Nota Bene, AxolotE-penser… Cette dernière catégorie de médiateurs ne dispose la plupart du temps d’aucune formation scientifique particulière, il ne s’agit surtout que d’amateurs passionnés qui partagent leur savoir avec des moyens modernes et accessibles à tous, d’où leur popularité auprès du grand public, et surtout auprès des jeunes qui représentent le public le plus présent sur internet, et donc sur YouTube. Les chaînes de vulgarisation scientifique sont d’ailleurs regroupées sur le site VideoSciences.

glasgow_science_center-2

Maryline Crivello, professeur des Universités et spécialiste de l’histoire des médias, a également évoqué cette troisième catégorie de médiateurs dans son cours « Médiation de l’Histoire et usages publics du passé« . Pour M. Crivello,  nombreux sont ceux qui souhaitent s’emparer des contenus (que ce soit scientifiques mais aussi historiques), ce qui change le rapport au savoir et place les médiateurs au cœur de la société dans un rôle de recomposition des connaissances. Ces derniers sont en effet de plus en plus nombreux et de fonctions différentes (musées, archives, sociétés privées…).

Simplifier, certes, mais pourquoi ?

La médiation et la vulgarisation sont deux faces d’une même pièce. Cette dernière désigne tout le processus de transmission des informations scientifiques du savant vers le public, il s’agit en effet d’une étape centrale de la simplification de connaissances spécifiques. Si nous devions schématiser la relation entre les différents acteurs, nous dirions que le chercheur émet l’idée, le médiateur la simplifie et la transmet au grand public qui la reçoit. L’objectif est de simplifier sans dénaturer le sens de l’information scientifique, grâce à divers procédés comme des métaphores pour rendre accessible les connaissances.

La médiation est bénéfique pour l’ensemble des acteurs qu’elle concerne. En effet, l’enjeu pour le public est un enjeu d’émancipation scientifique citoyenne (c’est à dire disposer d’une culture scientifique), tout en répondant à sa curiosité en intégrant les sciences dans la culture et les loisirs. Il est toutefois important de mettre en garde face aux « dérives » de la vulgarisation scientifique, dans la mesure où toutes les recherches sont simplifiables et peuvent donc être utilisées comme un instrument pour orienter l’opinion publique ou la faire adhérer à certaines idées. Il s’agit également d’un retour sur investissement pour le public, car la recherche étant financée par les impôts, le citoyen possède un droit légitime d’accès aux données de ces recherches. En 2020, la publication d’articles sur des recherches financées par l’argent public sera d’ailleurs obligatoire.

L’enjeu pour les chercheurs est de reconceptualiser leurs travaux de recherche (afin de les appréhender sous un jour différent grâce aux retours du public qui peut poser des questions), tout en répondant à leur mission qui est de les diffuser. À un niveau pédagogique, la médiation scientifique est également un moyen efficace pour donner une image agréable de la science, qui peut être perçue à tort comme un domaine exclusivement réservé à une élite dont le grand public ne fait pas partie.

Maureen Chegueressian

Article basé sur le cours de François PACAUD (Responsable du service Blogging scientifique (Hypothèses/OpenEdition) – Centre pour l’édition électronique ouverte/CNRS) intitulé « La médiation scientifique : Histoire, enjeux et pratiques », dans le cadre du Master Histoire et humanité, spécialité « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques »

Cite this article / Citer ce billet : Maureen Chegueressian «Qui sont les médiateurs scientifiques ?» in Les carnets du Master, 11 janvier 2017 https://masterabd.hypotheses.org/425

Crédits photographiques : 


2 réflexions au sujet de « Qui sont les médiateurs scientifiques ? »

  1. Bonjour,

    Merci pour ce billet qui ajoute aux travaux publiés sur le sujet.

    Vous évoquez à juste titre l’intérêt de la médiation scientifique pour les chercheurs eux-mêmes, mais vous n’allez pas jusqu’au bout de l’importance de l’activité de médiation scientifique. En effet, plus que de permettre au chercheur de reconceptualiser leur recherche, elle peut être un moyen de trouver de nouvelles pistes de recherche. Je l’évoque dans une communication faite à Nancy que vous pouvez récupérer sur :
    https://www.academia.edu/18474883/M%C3%A9diateur_scientifique_un_pont_entre_communaut%C3%A9_scientifique_et_soci%C3%A9t%C3%A9

    Par ailleurs, il est dommage que ne soient pas évoqués les possibilités que représente la conception d’une activité de médiation scientifique pour l’université en terme pédagogique.

    Je profite de ce commentaire pour souligner que des appellations distinctes sont encore amenées à se développer alors qu’elles recouvrent une même réalité comme celle de médiation du patrimoine ou médiation archéologique qui est un mélange selon les intervenants entre de la médiation scientifique et de la médiation culturelle.

    Bonne poursuite de travail.

    1. Bonjour,

      Je vous remercie pour ce retour très constructif, je vais prendre en compte tous ces éléments afin de permettre aux lecteurs de saisir les grands principes de la médiation scientifique et le rôle que jouent les médiateurs.

      En vous souhaitant une très bonne continuation,
      Maureen Chegueressian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *