Définir les humanités numériques

Etudiante à l’université d’Aix-Marseille dans le cadre du  master Métiers des archives, des bibliothèques, humanités numériques et médiation de l’Histoire, j’ai saisi l’opportunité de faire la synthèse d’un enseignement de Jean-Christophe Peyssard, le 19 septembre 2016 pour vous donner ma définition des humanités numériques.

Il n’existe pas qu’une définition des humanités numériques. Dans son ouvrage intitulé Le Temps des humanités numériques, mutation des sciences humaines et sociales1 Olivier Le Deuff en donne la définition suivante : « Les humanités numériques ne constituent pas un champ scientifique unifié mais un ensemble convergent de pratiques qui explorent un univers dans lequel l’imprimé n’est plus le médium normatif et exclusif par lequel la connaissance est publiée et diffusée. ». On peut aussi rencontrer l’expression « humanités digitales » traduction littérale de l’anglais « digital humanities ». En mai 2010 le Manifeste des Digitals Humanities2 donne une autre définition « Les digitals humanities désignent une transdiscipline, porteuse de méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales. ». Cela signifie qu’il n’y a pas vraiment de règles rigides pour utiliser les humanités numériques, mais des normes ouvertes et un ensemble de bonnes pratiques.

La notion d’humanités numériques ou digitales apparait dans un environnement en pleine évolution. Les facteurs de mutation sont nombreux : des difficultés à se faire financer pour les chercheurs en Sciences Humaines et Sociales, des projets à l’échelle européenne comme le projet Horizon 2020, la concurrence entre laboratoire etc. Le numérique permet alors trois choses. Premièrement, faire naître de nouvelles pratiques qui font avancer la recherche. On peut ainsi citer la pratique de la lecture distante utilisée en linguistique et en littérature. Deuxièmement, le numérique permet un retour sur investissement de la recherche grâce à la mise en place de Open Access. Troisièmement, les efforts de recherche sont mutualisés et l’innovation s’en trouve accélérée.

Le but des humanités numériques est de rendre les informations trouvables, accessibles, interopérables et réutilisables. C’est pourquoi cela  s’appuie sur des standards tels que la Text Encoding Initiative (TEI). Il s’agit d’un format pivot pour structurer les textes. L’article de Lou Bernard,« Qu’est-ce que la TEI ? »3, nous donne de plus amples informations sur cet outil. La TEI permet la migration d’un texte, qu’il soit nativement numérique ou non. Il s’agit d’un cadre pour structurer le texte. La TEI utilise le format d’encodage XML, qui sert à étiqueter et organiser le texte en vue d’un traitement automatisé. Par exemple, les plateforme de revues en ligne Cairn ou Revue.org, par exemple, utilisent la TEI.

Les chercheurs qui utilisent les humanités numériques emploient aussi des outils adaptés aux besoins des Sciences Humaines et Sociales. C’est le cas de Zotero qui permet de gérer des bibliographies, mais aussi de Pressforward ou de Hypothésis, outil d’annotation des pages web et de partage des commentaires. Concrètement, cela permet de réaliser des revues de presse. On peut aussi citer Oméka  qui est un service en ligne pour réaliser des expositions virtuelles. Les chercheurs utilisent aussi des infrastructures, des services et des plateformes : HAL, CLEO, PERSEE, ou aussi Huma-num, qui permet de consulter Isidore.

Les centres de documentation et les archives jouent également un rôle important dans l’utilisation des humanités numériques. En effet, les nouvelles technologies aident à gérer les données de la recherche et il s’agit d’un des rôles principaux des bibliothèques. Ces institutions ont aussi un rôle à jouer dans la formation des usagers. Elles peuvent participer à la valorisation des résultats de recherche, à la médiation numérique et à la numérisation correcte des travaux de recherche.

 

Crédits photographiques : Manifeste des humanités numériques, photographie d’OpenEdition, Londres, 2010, CC-BY-NC-ND 

 

Cite this article / Citer ce billet : Chemin, Coralie « Définir les humanités numérique ». https://masterabd.hypotheses.org/404

 

  1. Olivier Le Deuff (dir.), Le Temps des humanités digitales. La Mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions, coll. Société de la connaissance, 2014, 175 p., ISBN : 978-2-36405-122-5. []
  2. Dacos, Marin. « Manifeste des Digital humanities ». THATCamp Paris. Consulté le 30 décembre 2016. http://tcp.hypotheses.org/318. []
  3. Burnard, Lou. Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ? Traduit par Marjorie Burghart. Encyclopédie numérique. Marseille: OpenEdition Press, 2015. http://books.openedition.org/oep/1237. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *