L’Open Access pour faire progresser la science

Etudiante en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, j’ai eu l’opportunité d’assister à un cours sur les sciences ouvertes dispensé par Isabelle Gras, conservateur de bibliothèque au SCD de l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif de ce dernier était de nous présenter les enjeux et impacts des sciences ouvertes notamment en bibliothèque, de nous montrer que l’évolution du marché éditorial des articles scientifiques nécessite de repenser les modèles de diffusion des connaissances.

Le numérique a favorisé une concentration du marché de l’édition scientifique, préjudiciable à la communauté scientifique. Il existe six groupes cotés en bourse qui se distinguent par leur flagrante réussite sur le marché de l’édition scientifique : Reed Elsevier, Springer/ Macmillan Science & Education. Nature Publishing Group, Wiley, Thomson reuters, Wolters Kluwer et Informa. 75 % des 27 000 revues scientifiques actives sont publiées par ces six groupes ainsi que quatre sociétés savantes et trois presses universitaires.  De ce fait le prix des abonnements est arbitrairement élevé, on parle de concurrence imparfaite car en effet même si les prix augmentent, les institutions continuent à s’abonner car les revues scientifiques sont nécessaires aux avancées de la recherche. Malgré le fait qu’elles soient indispensables aux institutions, ces dernières ne peuvent plus supporter le poids des abonnements aux revues. Face au coût de la documentation, des consortiums d’achat pour les bibliothèques vont apparaitre. De plus le modèle d’abonnement sous forme de bouquet va également compliquer les achats et augmenter le prix engendrant des désabonnements et de facto une instabilité de l’offre documentaire.

L’analyse de Laurette Tuckerman illustre le « coup de génie » dont on fait preuve les maisons d’éditions, en mettant en évidence le monopole qu’exerce les grands groupes commerciaux ainsi que le rôle primordial du facteur d’impact, permettant de mesurer le rapport entre le nombre de citations et le nombre d’articles publiés par un journal. A ce stade les enjeux apparaissent clairement, redéfinir un juste prix de la prestation éditoriale et assurer une plus large diffusion des connaissances scientifiques par l’open access. Il existe deux voies complémentaires pour accélérer le mouvement de diffusion en open access des contenus scientifiques :

  • La voie dorée, modèle centré sur la revue et où l’éditeur est l’acteur principal. Dans ce cas on passe d’un système de « payer pour lire » à un système de « payer pour publier en O.A ». Le transfert des droits d’auteur n’est plus nécessaire.
  • La voie verte, c’est une plateforme de dépôt des publications scientifiques par le chercheur. L’objectif des archives ouvertes est de diffuser les contenus scientifiques publiés sur une plateforme qui ne dépend pas des éditeurs (exemple de HAL MMSH).L’un des enjeux de l’open access est de permettre aux chercheurs de diffuser librement leur recherche pour faire progresser la science.

 

Giulia Manfredi


Liens sur l’Open Access


CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES
  • Image à la Une :  » Cadenas 2″ , M’ric , photographie prise le 25 avril 2012. CC. accessible sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/46131370@N05/7153950477
  • Clavier : « RTYUFGHJCVBN » , HugoD_ , photographie prise le 28 août 2011. CC. accessible sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/hugod_/6088713861
  • OA : « Open Access (storefront) » , Gideon Burton , photographie prise le 01 janvier 2009. https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/ . Accessible sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/wakingtiger/3157622608

Une réflexion au sujet de « L’Open Access pour faire progresser la science »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *