“L’Archive, entre brèche et saisie” au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016

Étudiantes en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques », nous nous sommes rendues à la conférence “L’archive, entre brèche et saisie » – au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016 dans le cadre du cycle Construire, détruire,  reconstruire Au croisement de l’archive, de la mémoire et de la création”.
L’occasion pour nous de comprendre les enjeux de la relation inattendue entre artistes et  historiens et d’entrevoir comment ils parviennent ensemble à faire revivre des archives, à leur donner du sens, voire à en créer de nouvelles.

Intervenants :
Philippe Artières : Historien et directeur de recherche au CNRS au sein de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain à l’EHESS.
Isabelle Barbéris : Maître de conférences en arts vivants – Université Sorbonne et chercheur au CNRS
Roberto Fratini : Dramaturge de la compagnie Elèctrica produccions et enseignant.
Modérateur : Nicolas Féodoroff, critique d’art et de cinéma, programmateur au FID.

Sujet : Comment les archives viennent-elles nourrir les arts vivants ou visuels, et en retour, comment les artistes viennent-ils travailler dans ces espaces plutôt habituellement dévolus aux historiens ?

Evolution du paradigme histoire / mémoire / archives

Selon Philippe Artières, un changement est visible depuis vingt-cinq ans : l’histoire d’inconnus émerge au sein du récit historique. Il cite notamment l’exemple des archives judiciaires au sein desquelles les faits sociaux d’une époque resurgissent. On pense également aux archives de la police ou médicales. Il s’agit ici de trouver les non-dits de documents créés pour une raison précise. Il met également en lumière passage du terme archives du singulier au pluriel : une histoire au singulier est contestée par de nouvelles formes d’archives et de mémoires apparues depuis vingt-cinq ans. Les archives des traditionnelles institutions publiques ont été mise en concurrence par le développement des archives privées, permis par les historiens, en intégrant les mêmes lieux de conservation. Depuis trente ans, des associations mémorielles familiales et communautaires émergent et revendiquent la conservation d’une mémoire leur étant particulière et leur inscription au sein de la mémoire nationale. Ces mémoires multiples peuvent être intéressantes pour différentes raisons, autres qu’historiques, sociologiques ou encore scientifiques.
Les archives connaissent également un autre changement important avec la conservation de supports divers (photos, vidéos), apparus après la Seconde Guerre mondiale.
Selon lui, il y a également un décalage entre les archives, leur méta discours et leur matérialité. Aujourd’hui, tout centre d’archives a une salle d’exposition et les musées font appel aux archives dans le cadre de leurs expositions : il n’y a plus cet aspect secret et mystérieux qu’ont pu revêtir les archives.
Les archives s’inscrivent donc dans un mouvement de l’histoire en permettant la montée de mémoires plurielles et en permettant l’entrée de documents spécifiques.
Ces changements se sont accompagnés d’un mouvement de médiation : les archives apparaissent comme des objets qui peuvent être saisis par les artistes.

Intervention des artistes dans le champ mémoriel : transformer un acte de conservation en acte de mémoire

Selon Philippe Artières, les artistes ont également investi ce mouvement mémoriel. Il cite Christian Boltanksi qui n’a cessé de convoquer la notion d’archives dans ses créations notamment avec ses boîtes d’archives : voir Les archives de Christian Boltanski 1965-1988.

sélection boltanski 6

Isabelle Barbéris évoque les projets de spectacle vivant qu’elle lit pour le Ministère de la Culture : ils révèlent une soif chez les artistes de collecter le réel, de mettre l’œuvre au présent. Beaucoup de projets partent de collectes de rêves, d’archives numériques, de carnets de voyages… La notion “d’agrégat” d’archives y est importante et inspire des artistes comme Emmanuelle Reynaud. Elle cite une association libanaise, The Atlas Group Archives, qui a collecté toutes sortes d’archives non-institutionnelles et donné naissance aux archives inédites d’une mémoire contemporaine. Isabelle Barbéris rapproche ce retour vers les archives aux gestes de reenactment qui traversent l’art contemporain aujourd’hui. Le lien entre art et archives génère aussi de nouveaux rapports au temps, comme dans l’exposition De Bâmiyân à Palmyre au Grand Palais de Paris qui introduit une notion de live, qui peut sembler paradoxale avec la définition de l’archive.
Le spectacle de Roger Bernat sur lequel a travaillé Roberto Fratini, No se registran conversaciones de interés, présenté le même soir à l’auditorium du Mucem, se base sur les archives du jugement de personnes condamnées pour avoir permis le voyage de djihadistes en Syrie. Le dramaturge a travaillé à partir des retranscriptions de conversations. Il a composé avec la matière en tenant compte des différents filtres (protocoles administratifs, traduction, censure) tout en reconstruisant l’acte de filtrage. En tant que dramaturge, il se demande souvent si l’archive est le tombeau ou la conservation, la promesse de survie. Pour lui, travailler avec les archives, c’est tenter de retrouver la perte de quelque chose.
Philippe Artières oppose deux approches artistiques. D’une part, une tendance à sacraliser les archives comme dans l’exposition de Georges Didi-Huberman au Jeu de Paume, et de l’autre une volonté de nier les archives comme objet, à les maltraiter, comme le fait Sebald dans ses livres.
Enfin, Roberto Fratini présente le travail poétique sur les archives comme une possibilité de reviviscence. L’artiste considère que ce qui a été vivant ne le sera plus mais pourra être interprété sous plusieurs formes. La poésie transforme ainsi un acte de conservation en acte de mémorisation.

Complémentarité de la collaboration entre historiens et artistes

Selon Philippe Artières, les historiens se prêtent volontiers aux projets artistiques car l’art permet une transmission du savoir grâce à ses lieux de diffusion, et pour lui, les archives ne valent que si elles sont partagées. Avec une nuance : les historiens travaillent pour les artistes, ils ne sont pas co-auteurs. Leur collaboration répond à des besoins réciproques, sans concurrence. Les artistes ont poussé les historiens à déplacer leur regard, à devenir passeurs de nouvelles formes de mémoires.
Il souligne aussi l’impossibilité de rechercher la vérité dans les archives. Elles sont toujours une représentation lacunaire de la réalité. Il est nécessaire de les croiser avec d’autres supports et de considérer le facteur humain lié à leur collecte. Sur ce point, le travail des artistes apporte une autre vision : il permet de saisir comment un événement a été perçu à une période donnée. Roberto Fratini le rejoint en rappelant que l’art réinterprète des documents qui ont leur propre dramaturgie, et les complexifie en y ajoutant ce qu’il y a de plus complexe : la vie. De plus, Isabelle Barbéris rappelle que l’archive n’est pas anthropocentrée. Elle est complétive. Elle dépasse le cadre de l’œuvre qui l’actualise. En effet, pour Roberto Fratini, même si la poésie donne aux archives la force de réapparaître, il ne s’agit bien que d’une apparition, destinée à faire ressentir « l’océan dont elles viennent ».

Nicolas Féodoroff conclut la conférence en faisant référence au projet Time Capsule d’Andy Wahrol.

Andy Warhol Time Capsules

La conférence sera bientôt disponible sur le site du MuCEM dans la rubrique Podcast.

Bibliographie :

Artières, Philippe, La Police de L’écriture : L’invention de La Délinquance Graphique : 1852-1945, Sciences Humaines et Sociales (Paris : Découverte, 2012)
Artières, Philippe, and Jean-François Laé, Archives personnelles : histoire, anthropologie et sociologie, Collection U Histoire (Paris : Colin, 2011)
Barbéris, Isabelle, ed., L’archive dans les arts vivants : performance, danse, théâtre, Le Spectaculaire (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015)
Bénichou, Anne, ed., Ouvrir Le Document : Enjeux et Pratiques de La Documentation Dans Les Arts Visuels Contemporains, Collection ‘Perceptions’ (Dijon : Presses du Réel Editions, 2010)
Burel, Ludovic, Philippe Artières, et Archives départementales des Bouches-du-Rhône, eds., Archives Du Biopouvoir : Marseille, 18e-20e Siècles (Grenoble : it’éditions, 2011)
Derrida, Jacques, Mal D’archive : Une Impression Freudienne, Incises (Paris : Galilée, 1995)
Etienne, Noémie, and Agnès Vannouvong, eds., À Bras Le Corps : Image, Matérialité et Devenir Des Corps, Bibliothèque, Art, Action, Pensée (Dijon : Presses du réel, 2013)
Soraru, Isabelle, ‘W. G. Sebald, L’anatomiste de La Mémoire’, Acta Fabula, Notes de lectures, 11 (2010) <http://www.fabula.org/revue/document5417.php, page consultée le 18 décembre 2016.>

Cite this article / Citer ce billet : Alice Belgacem, Hélène Colombié «L’archive, entre brèche et saisie” – au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016» in Les carnets du Master, 30 décembre 2016 https://masterabd.hypotheses.org/296

Crédits photographiques :
Image à la une : « vue sur le MUCEM », auteur François Schwarz, creative commons share-alike (CC BY NC), wikimedia commons.
« Boltanski Monumenta 2010 », auteur Jean-Marie Palacios, creative commons share-alike (CC BY ND), wikimedia commons.
« Andy Warhol Time Capsules », auteur glindsay65, creative commons share-alike (BY NC SA), wikimedia commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *