Le projet Europeana 1914 – 1918 : un exemple d’utilisation du crowdsourcing au sein d’une bibliothèque numérique.

CC BY-SA 3.0
Pourquoi ma mère s’appelle Lucienne : Histoire sur Laurent Di Sario, Elie Lucien, Joseph Castelbou. Photographie déposée sur Europeana 1914 – 1918. Contributeur : By Gérard.             CC BY-SA 3.0.

Pour Rose Holley, le crowdsourcing est une notion qui se développe au sein des bibliothèques numériques anglophones, elle reste novatrice en France, et ce malgré les travaux et études qui se multiplient sur le sujet. Elle définit la notion comme le fait de confier des tâches normalement effectuées par un employé à un groupe de personnes.

Ramené au domaine de la culture, le crowdsourcing s’applique à des projets collaboratifs qui appellent les utilisateurs à intervenir dans le traitement des archives afin de les enrichir[1].

La définition de Kate Theimer permet de compléter ces informations : les archives participatives peuvent se définir comme « un organisme, un site ou une collection auxquels des personnes qui ne sont pas des professionnels des archives apportent leur connaissance ou ajoutent des contenus, généralement dans un contexte numérique en ligne. Il en résulte une meilleure compréhension des documents d’archives »[2].

Les bibliothèques et centres d’archives sont aujourd’hui des instances privilégiées d’utilisation du crowdsourcing parce qu’elles constituent, en un sens, des laboratoires permettant d’innover dans ce domaine. L’utilisation toujours plus importante du numérique dans l’exercice du métier pousse donc les professionnels à expérimenter dans la gestion du numérique et dans l’accessibilité des contenus au public. Le crowdsourcing permet de répondre à ces nouvelles pratiques.

Les initiatives de crowdsourcing au sein du milieu des bibliothèques et archives numériques sont nombreuses et variées. En effet, ce sont des lieux où l’intervention plus ou moins directe des utilisateurs dans le contenu du site (sous la forme de commentaires, de partage ou d’ajout de documents ou d’informations) est acquise[3].

Cet article présente une initiative européenne de crowdsourcing qui incite les utilisateurs à ajouter, commenter et enrichir un fonds en fournissant directement des documents personnels.

Présentation du projet.

La bibliothèque numérique Europeana constitue aujourd’hui la bibliothèque du patrimoine de l’Europe, en rendant accessible en ligne près de 3000 collections de bibliothèques, d’archives, musées et autres. La bibliothèque se place donc comme un véritable outil de diffusion par le numérique du patrimoine. Elle lance en 2011 le projet Europeana 1914 – 1918.

Le portail d’Europeana 1914 – 1918 permet d’avoir accès à trois types de documents : des documents déjà détenus par des bibliothèques et des centres d’archives autour du monde, des documents audiovisuels ainsi que des archives privées de familles et personnes relevant de la Première Guerre Mondiale. Ces archives sont notamment désignées sous le terme d’histoire du public et se distinguent des archives dites des collections de bibliothèques et de musées.

Le but de ce projet était, à sa création, de collecter le plus grand nombre de documents sur la Première Guerre Mondiale. Il s’agissait aussi de permettre à des familles de raconter et de témoigner de leur histoire par le biais de leurs documents. Les échanges et les enrichissements des autres collaborateurs et des usagers (chercheurs, passionnés d’histoire ou simple visiteur) étaient également favorisés. L’accès gratuit et libre de ces documents sur internet a donc été rendu possible par leur numérisation.

De grandes journées de collecte ont été lancées en France. Porté par la BnF ce travail préalable incitait les personnes en possession de quelques documents portant sur la guerre (journal de guerre, lettres, photographies, cartes postales ou tout autre objet) à se rendre sur les lieux pour partager leurs documents. Contrairement à des bibliothèques ou des centres d’archives classiques, Europeana ne conserve pas les documents numérisés, qui sont remis à leur propriétaire après la numérisation.

Il est surtout possible de déposer soi-même des documents par le biais d’une simple inscription. Les techniques du crowdsourcing sont donc bien mises en évidence ici et utilisées : l’usager est un « contributeur ». Il peut numériser ses propres documents et les déposer sur le portail en remplissant un simple formulaire qui doit préciser le contexte historique du document. Le crowdsourcing lui permet donc d’identifier, de décrire un document, de laisser des commentaires, et même de le localiser. L’internaute peut donc déposer du contenu scientifique.

Les utilisateurs peuvent y déposer leurs documents en fonction du genre, des sujets (la mémoire, la vie dans les tranchées ou encore les prisonniers de guerre par exemple) ou encore de la zone géographique concernée.

Les utilisateurs sont également incités à identifier les documents déposés dans la base et à les décrire. Les documents s’accompagnent donc d’un court texte de présentation rédigé par le contributeur ce qui permet de raconter son contexte historique. Ainsi, le projet Europeana 1914 – 1918  mobilise plusieurs opérations de crowdsourcing qui se complètent telles que la description des documents ou leur identification par les usagers.

Le projet fut d’autant plus propulsé sur le devant de la scène en 2013 grâce aux commémorations du centenaire de la 1ère Guerre Mondiale en France, ce qui a ainsi permis aux participants du projet Europeana 1914 – 1918 d’être de véritables acteurs de ces commémorations et d’une mémoire collective.

Réussite du crowdsourcing ?

Le crowdsourcing constitue un outil novateur pour la bibliothèque numérique d’Europeana et pour son projet relatif à la Première Guerre Mondiale.

Aujourd’hui, elle compte une importante collaboration des internautes de plusieurs pays qui ont enrichi la bibliothèque de plus de 14 000 histoires et d’environ 181 000 fichiers personnels. Le projet est donc un succès et la participation des usagers est conséquente. Ceci doit être noté car le crowdsourcing reste encore relativement peu utilisé en France, mais demeure présent dans le monde anglo-saxon ou, dans notre exemple, européen [4].

Il convient donc de se demander pourquoi le projet Europeana 1914 – 1918 est une réussite d’utilisation des techniques du crowdsourcing dans une bibliothèque numérique.

Rose Holley notait dans son article Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It ? [5] des éléments à respecter afin de bénéficier du crowdsourcing dans les meilleures conditions, autant sur le contenu que sur les modalités de participation des utilisateurs.

Le crowdsourcing doit être interactif. Il place l’usager au centre du projet en l’impliquant au maximum. Les modalités de niveau requis pour participer sont variables. Pour le projet Europeana 1914 – 1918, cela se présente de manière très concrète : une interface simple, sobre et l’absence de prérequis pour y participer (des compétences scientifiques ou historiques par exemple, comme c’est le cas pour d’autres initiatives de crowdsourcing).

L’internaute dispose d’une certaine liberté dans ses choix, même si un contrôle est effectué avec l’inscription obligatoire. Il faut noter que la validité et la véracité scientifiques ainsi que historique de ce contenu sont vérifiées par une tierce personne avant la publication. Les enjeux de la fiabilité du contenu du site, et de surcroît de la bibliothèque, sont bien évidement à prendre en compte.

Ces pratiques participatives mobilisent des souvenirs, des histoires de familles et permettent aussi de présenter des documents inédits, non exploités par la recherche scientifique. Les participants y voient donc un intérêt personnel mais aussi collectif, la satisfaction de contribuer à un projet majeur par exemple, comme celui d’une participation à l’élaboration d’une mémoire collective. Pour Europeana, l’utilisation des méthodes du crowdsourcing permet un enrichissement sans précédent de ses fonds et avec une rapidité importante,  un enrichissement qui sans doute n’aurait pas été possible sans la participation massive des utilisateurs non professionnels.

Ce projet est toujours sollicité puisque l’année 2016 sera marquée par le deuxième temps des commémorations de la Grande Guerre en France, qui sera axé sur les batailles militaires de 1916 notamment.

Cécilia JULLIEN

[1] Moirez Pauline, Moreux Jean-Philippe, Josse Isabelle, Etat de l’art en matière de crowdsourcing dans les bibliothèques numériques, 2013.

[2] Kate Theimer, « Exploring the participatory archives », In : Archives Next, billet publié le 30 août 2011.

[3] Moirez Pauline, Moreux Jean-Philippe, Josse Isabelle, op. cit.

[4] Moirez Pauline, Moreux Jean-Philippe, Josse Isabelle, op. cit. 

[5] Holley Rose, Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It ? in : D-Lib Magazine, March/April 2010, Volume 16, Number 3/4.

 


Une réflexion au sujet de « Le projet Europeana 1914 – 1918 : un exemple d’utilisation du crowdsourcing au sein d’une bibliothèque numérique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *